Empire of Sin Review: Mob Machinations a servi un peu froid

Empire of Sin est un jeu incroyablement frustrant. Il y a tellement de potentiel ici avec son méli-mélo de genres et son pastiche stylisé de culture de la prohibition.

Il propose des missions de combat de style XCOM, une variété de types de personnages, des caricatures loufoques et un système de gestion robuste, le tout enveloppé dans une représentation pulpeuse de la foule à la Dick Tracy. Produire de l'alcool pour le Fuzz ou sous le nez est un bon moment.

D'un autre côté, Empire of Sin est gravement entravé, en proie à des bugs et à des choix de conception aggravants qui le rendent inférieur à la somme de ses parties, du moins dans son état actuel. Les développeurs travaillent depuis le lancement pour résoudre certains des problèmes les plus flagrants du jeu, mais il est difficile de dire ce qui fonctionne comme prévu et ce qui ne fonctionne pas.

Il y a beaucoup de bonnes idées ici, mais elles ne se réunissent tout simplement pas encore.

Empire of Sin Review: Mob Machinations a servi un peu froid

Au début d'Empire of Sin, vous en choisissez un parmi une variété de personnages pour servir de chef; chacun a des avantages différents et contrôle un gang différent. Tous les choix ont des quêtes d'histoire différentes qui vous poussent, mais l'objectif général est toujours le même: régner dans les rues de Chicago.

Vous faites cela en créant un certain nombre d'entreprises illicites, chacune contribuant aux autres d'une certaine manière. Les speakeasies sont votre principale source de revenus et vous devrez préparer de l'alcool pour qu'ils fonctionnent efficacement. Les bordels proposent un type de divertissement différent, et le fait d'avoir des restes d'alcool à vendre incite les clients à dépenser plus. Les hôtels augmentent le nombre de clients dans un quartier donné, etc.

Au fur et à mesure que vous commencez à vous déplacer dans différents quartiers, vous rencontrerez d'autres patrons et gangs. Préparez votre gang pour la guerre ou négociez la paix – assurez-vous simplement que vous êtes prêt à profiter des ouvertures si votre nouvel allié a baissé la garde.

Parmi les deux aspects qui composent le gameplay d'Empire of Sin, la section de gestion est un peu plus amusante et beaucoup moins brisée que le combat du jeu.

La gestion est assez standard: créez et améliorez de nouvelles entreprises, attirez de nouveaux clients et paralysez les chaînes d'approvisionnement de vos rivaux. Cela fonctionne vraiment bien à cause du réglage. Vous incarner dans le rôle d'un "méchant" rend extrêmement facile d'être un méchant, en éliminant impitoyablement vos ennemis et en prenant le contrôle de leurs raquettes pour vos propres moyens.

Le plus gros problème avec la partie gestion est que c'est un peu trop pratique. Vous ne pouvez pas vraiment vous tromper, car il n'y a pas beaucoup d'options. Installez simplement plus de choses et n'allez pas trop loin dans le rouge. Si vous êtes épuisé, vous améliorez ce que vous avez pour gagner plus d'argent.

Et comme l'accent est davantage mis sur le côté combat des choses, c'est là que Empire of Sin tombe de quelques crans.

Tapez deux fois

Au fur et à mesure que votre équipage se déplace autour de Chicago, vous vous retrouverez au combat avec les nombreuses factions que vous rencontrez. Si vous avez joué à XCOM ou à d'autres jeux de combat tactiques au tour par tour comme Wasteland 3 ou Mutant Year Zero, les choses se déroulent à peu près de la même manière.

Tous les participants sont disposés en haut de l'écran dans l'ordre d'initiative, et vous vous déplacez sur une grille, tirant à tour de rôle sur les ennemis et utilisant des capacités jusqu'à ce qu'un côté gagne. Demi-couverture complète, overwatch, saignement / mort – les suspects habituels sont tous dans Empire of Sin.

Cela dit, cela ne semble pas vraiment bien.

Les mouvements et animations des personnages sont saccadés; les plans ne semblent pas si puissants ou différenciés les uns des autres; et l'IA est ridiculement mauvaise. J'ai participé à plusieurs fusillades où les personnages ennemis ont littéralement fait des allers-retours entre les zones de couverture, ne tirant jamais et n'utilisant aucune capacité. Les ennemis armés de mitrailleuses se séparaient de la couverture pour venir frapper quelqu'un, les laissant grands ouverts aux représailles. Mon exécuteur de fusil de chasse ne peut pas frapper le large côté d'une grange et, s'il le fait d'une manière ou d'une autre, son explosion fait moins de dégâts qu'un petit pistolet minable que quelqu'un d'autre porte.

Il est difficile de comparer Empire of Sin à un jeu comme XCOM, mais il est remarquable de voir à quel point un jeu sur les extraterrestres à changement de forme est beaucoup plus intuitif que le jeu avec un cadre historique réel.

D'autres choix de conception semblent tout simplement hors de propos. L'un qui ressort est que vous ne pouvez pas vous arrêter sur la case d'un ennemi mort. Vous pouvez vous déplacer à travers eux, mais vous ne pouvez pas y rester. Pour certaines mises en page de niveau, c'est bien car vous vous battez souvent dans des espaces intérieurs étroits. Cependant, cela faisait souvent des rencontres prolongées un jeu hilarant de "où puis-je me déplacer?" lorsque les cadavres ont commencé à s'entasser en points d'étranglement.

Une offre que vous pouvez refuser

Une autre chose à propos d'Empire of Sin qui ne se réunit jamais tout à fait sont les «sitdowns». Ces confrontations sont censées être des négociations dramatiques entre de puissants ennemis de la pègre – c'est là que vous mettez en place des arrangements ou enfin mettez le clou dans le cercueil d'un rival irritant.

Les modèles de personnages sont … terrifiants. C'est comme s'asseoir en face d'une poupée particulièrement troublante. Des yeux larges et vitreux et des mouvements saccadés vous laisseront tenter désespérément de vous échapper de l'étrange vallée.

Dans une négociation, j'ai demandé à mon personnage de tirer une arme et de commencer à faire des demandes. Avec la caméra fixée sur mon personnage, toujours assis dans leur chaise avec leurs mains à leurs côtés, mon ennemi a commencé à plaider pour sa vie. "Vous ne pouvez pas faire ça! S'il vous plaît, ne le faites pas!" Mon chef de la mafia aux yeux sans vie a continué à proférer des menaces les mains posées sur les bras de la chaise.

C'était un moment surréaliste et étrangement hilarant, pas vraiment ce pour quoi les développeurs visaient, j'en suis sûr.

Revue de l'Empire of Sin – The Bottom Line

Avantages:

  • Joue vraiment le décor
  • L'aspect gestion est prometteur
  • De nombreuses options de personnalisation pour les personnages et l'équipement

Les inconvénients:

  • L'IA est boguée et erratique
  • Les graphismes et l'animation ne sont … pas bons, surtout en combat
  • Les sitdowns sont terriblement terribles
  • Beaucoup de promesses gâchées

Empire of Sin aurait pu être un si bon ajout au genre des tactiques au tour par tour. Au lieu de cela, il se présente comme un buggy et un désordre mal cuit, avec beaucoup de bonnes idées qui n'ont pas beaucoup de chance de briller.

En l'état, il y a beaucoup à améliorer avant de le recommander. Il y a trop d'autres jeux similaires qui font les choses beaucoup mieux.

Ma seule mise en garde serait de garder un œil sur les correctifs et les commentaires. Si les développeurs s'en tiennent à cela, Empire of Sin pourrait évoluer pour devenir un enfant de retour. Attendez une vente si vous êtes désespéré pour l'action de la foule, car ce n'est pas en très bon état actuellement.

[Remarque: Romero Games a fourni la copie d'Empire of Sin utilisée pour cette revue.]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici