Revue de l'Atelier Sophie DX: Safe and Sound

Atelier Sophie: L’Alchimiste du Livre Mystérieux est le premier jeu Atelier de la trilogie Mystérieuse. C’est la suite de la superbe trilogie Dusk de Gust (surtout), bien que ce ne soit pas tout à fait le bond en avant que vous pourriez attendre d’une nouvelle trilogie et de nouvelles héroïnes.

Atelier Sophie joue la carte de la sécurité et pourrait utiliser plus de vernis dans certains domaines, mais il a aussi un charme qui le rend néanmoins attachant.

Revue de l’Atelier Sophie DX: Safe and Sound

Gust a synthétisé des extraits des trilogies Arland et Dusk pour Sophie avec la moitié de la simulation de tranche de vie d’Arland et la moitié du récit «sauver le monde» de Dusk. Comme on peut s’y attendre d’un jeu essayant d’être deux choses différentes simultanément, Sophie n’atteint pas tout à fait les sommets de l’une ou l’autre inspiration et, parfois, a l’impression qu’elle n’a pas d’identité distincte.

Pourtant, Atelier Sophie embrasse la familiarité et la transforme en un atout. Bien sûr, Sophie n’essaye pas de faire quoi que ce soit d’excitant ou de nouveau dans la série, mais c’est un jeu chaleureux et confortable pour la même raison.

Sophie Neuenmuller est une jeune alchimiste en formation qui veut juste être à la hauteur de l’héritage de sa grand-mère. C’est difficile à faire quand sa synthèse échoue plus qu’elle ne réussit. Un jour, Sophie écrit distraitement une recette d’alchimie dans un livre qu’elle ne se souvient pas posséder. Le livre prend vie, s’appelle Plachta et sollicite l’aide de Sophie pour restaurer ses souvenirs perdus en apprenant plus de recettes d’alchimie.

Il y a une histoire plus large qui se déroule autour de Plachta et qui implique finalement de sauver le monde d’un alchimiste infâme. Il y a une bonne sous-histoire sur la façon dont l’envie sape les relations les plus proches, mais vous n’y arriverez pas avant un moment.

Le cœur de l’Atelier Sophie est le même que depuis toujours – fabriquer des objets fantastiques – mais Sophie apprend de nouvelles recettes d’une manière différente, pas toujours fantastique. Au lieu d’acheter des livres de recettes ou d’apprendre simplement en accomplissant des tâches, Sophie génère de nouvelles idées à intervalles après avoir rassemblé suffisamment de points d’idées.

Les points d’idées surgissent en faisant «diverses choses», comme le jeu vous le dit. Diverses choses peuvent inclure des combats, des quêtes et des rassemblements, mais le moyen le plus lucratif de passer votre temps du point de vue IP est de fabriquer plus d’objets. C’est une idée géniale, même si Atelier Firis la gère beaucoup plus facilement. Le rythme peut facilement glisser dans les heures d’ouverture de Sophie. Les emplacements et les recettes sont limités, vous êtes donc obligé de faire beaucoup de choses jusqu’à ce que le jeu commence enfin à s’ouvrir.

Heureusement, malgré la présence d’un calendrier, le temps ne veut rien dire dans l’Atelier Sophie. Ça passe, et c’est tout. Vous n’avez pas de limite de temps et vous êtes libre de rassembler ou d’explorer autant que vous le souhaitez, avec une mise en garde.

Il existe un système de points déterminant la qualité et le type d’articles que Sophie peut rassembler. Chaque action, y compris le combat, diminue le total de points. Plus le total est bas, moins Sophie peut rassembler d’objets, du moins jusqu’à ce que vous vous reposiez. Je comprends l’idée derrière cela, mais cela se présente comme un gadget artificiel qui n’ajoute pas grand-chose à l’expérience.

Le combat est un petit pas en arrière par rapport à la trilogie Dusk, mais le système a encore des mécanismes intéressants en cours. Le nombre d’options supplémentaires et d’attaques spéciales que vous pouvez déclencher est réduit à rien. Il y a une barre spéciale sur la gauche de l’écran à la place, et vous pouvez déclencher des attaques unifiées une fois qu’il est plein.

Au lieu de cela, le combat de Sophie est rationalisé comme la trilogie Arland, l’accent étant principalement mis sur l’enchaînement des compétences et le placement de vos personnages dans les bons emplacements. Ce n’est pas mal, mais la suppression de fonctionnalités est néanmoins une décision étrange. Vous pouvez accélérer les rencontres si cela devient trop fastidieux.

Que vous rassembliez des objets ou que vous traîniez dans la ville de Kirchen Bell, vous passez du temps avec certains des énormes personnages de l’Atelier Sophie. Comme toujours dans les anciens jeux Atelier, les personnages que vous rencontrez plus tôt ont tendance à être mieux réalisés et plus intéressants – en particulier le chuchoteur de plantes Oskar – mais il n’y a pas vraiment de ratés dans le casting.

Sophie n’a qu’une fin, contrairement à Rorona, mais même si vous n’obtenez pas de fin de personnage spécifique cette fois, vous pouvez débloquer des scènes spéciales avec différents personnages en passant du temps avec eux ou en leur offrant des cadeaux. En regardant en arrière du point de vue de l’Atelier Ryza, certaines de ces interactions semblent un peu rares, mais elles valent toujours votre temps et vos objets.

Le cadre est un peu moins inspirant, malheureusement. Atelier Sophie utilise une palette de couleurs chaudes pour tout, mais la plupart des environnements, en particulier Kirchen Bell lui-même, semblent stériles comme s’ils étaient encore au début du développement.

Pourtant, l’artisanat est au cœur du jeu, et c’est ce que vous passerez la plupart de votre temps à faire dans l’Atelier Sophie. L’artisanat est le point fort de l’Atelier Sophie, et la trilogie Mysterious possède facilement le meilleur système de synthèse de la série.

La synthèse se déroule sur une grille. Chaque élément occupe un nombre défini de carrés sur cette grille et le motif change en fonction de l’élément et de la qualité. Vous pouvez placer n’importe quel objet n’importe où, mais la grille contient quelques lignes de bonus qui accordent des bonus de qualité et de trait si vous les remplissez. Chaque élément a également un compteur d’ensemble qui débloque des bonus si vous le remplissez en plaçant cet élément sur les lignes de bonus.

Cela semble et semble simple au début, lorsque vous créez des dizaines d’articles de base juste pour obtenir plus de points d’idées. Pourtant, cela devient rapidement beaucoup plus complexe. En plus de vous donner plus de contrôle sur les traits et la qualité que même les jeux Dusk, cela maintient également le processus de synthèse engageant puisque vous pensez à chaque placement d’objet.

Le seul inconvénient est de devoir faire cela d’innombrables fois pour les éléments essentiels car vous ne pouvez pas synthétiser en masse. Il y a aussi ma plainte habituelle selon laquelle tous les traits géniaux ne sont pas vraiment nécessaires, mais Sophie a quelques boss et des combats optionnels qui en valent la peine. Et vraiment, l’artisanat est juste amusant à faire.

Mon plus gros problème avec Atelier Sophie est que certains des problèmes techniques originaux du jeu ont survécu dans le port DX. Le framerate juste tout droit meurt autour de la maison de Sophie, pour une raison quelconque. Il n’y a pas grand-chose et ce n’est pas un jeu exigeant de toute façon.

Le plus gros problème est l’éternel problème de chargement, cependant. Je l’ai eu plusieurs fois, où entrer dans une nouvelle zone verrouille le jeu car il reste bloqué sur l’écran de chargement, ce qui est aussi exaspérant que cela en a l’air.

Avis Atelier Sophie DX – The Bottom Line

Avantages

  • Confortable
  • Excellente fabrication
  • Casting amusant

Les inconvénients

  • Un peu trop familier parfois
  • Ne vit pas tout à fait à la hauteur de ses ancêtres
  • Problèmes techniques toujours présents

Atelier Sophie joue la carte de la sécurité, et pour la plupart, ce n’est pas grave. Il peut ne pas exceller dans un domaine donné comme Escha & Logy, et cela ne fait pas avancer la série comme Ryza. Cependant, mis à part les bugs et les problèmes de framerate, Atelier Sophie est amusant, confortable et chaleureux, et en fin de compte, cela me suffit.

[Note: Koei Tecmo America provided the copy of Atelier Sophie DX used for this review]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici