Super Mario 3D World et Bowser Fury Review: Le meilleur des deux mondes

Celui qui a dit que vous ne pouvez pas capturer la joie n’a clairement jamais joué à Super Mario 3D World. C’est l’un de ces rares jeux qui distille l’essence du plaisir, et maintenant plus de gens que jamais peuvent en faire l’expérience avec Super Mario 3D World + Bowser’s Fury sur Nintendo Switch.

Alors que 3D World résiste aussi bien, voire mieux, sur le commutateur, Bowser Fury est la partie sur laquelle vous devez garder un œil. Ce petit mode dérivé pourrait être (lisez: c’est, espérons-le) l’avenir de 3D Mario.

Les deux excellent par eux-mêmes, mais ensemble, ils sont essentiels pour tout propriétaire de Switch.

Super Mario 3D World et Bowser Fury Review: Le meilleur des deux mondes

Mario 3D World commence avec Bowser, comme il se doit. Tandis que Mario, Luigi, Peach et Toad marchent le long d’une belle soirée, une pipe claire se lève. Un Sprixie sort, suivi de près par Bowser avec un kidnapping en tête et un pot de la taille de Sprixie dans ses griffes.

Qu’est-ce qu’un Sprixie? Qui sait. Mario 3D World n’aime pas explorer ces nouveaux venus dans le monde de Mario, mais le kidnapping de Sprixie est suffisant pour amener Mario et ses amis dans le tuyau.

De l’autre côté de ce tuyau transparent se trouve le Royaume Sprixie, une série de huit mondes plus quatre zones bonus. C’est le cadre de l’approche la plus distincte de Nintendo en matière de créations de Mario.

3D World présente chaque parcours sur une carte de style Super Mario World / SMB3. Ils présentent les thèmes habituels que nous attendons des jeux Mario au fil des ans, y compris la glace, les hauteurs rocheuses, le désert, etc., mais à partir de là, Nintendo renverse complètement le motif.

Ces étapes troquent l’uniformité contre l’inattendu. Vous êtes tout aussi susceptible de trouver une zone de cascade d’automne dans le monde de la glace ou une scène de plaine verte dans le monde désertique, car Nintendo est plus soucieux de lancer autant d’idées de design que de s’en tenir à la tradition.

Il y a une scène de carnaval de style Galaxy, un niveau qui réduit l’horloge à 30 secondes, tout un monde de châteaux – il n’y a presque aucun moyen de catégoriser proprement les niveaux de 3D World. Bien que cela rende difficile de parler de la façon dont Mario 3D World joue, il suffit de dire que cela se traduit par une expérience incroyablement amusante où vous ne savez jamais à quoi vous attendre.

Les premières étapes semblent un peu piétonnes et simples, mais il est difficile de ne pas s’amuser même avec ces niveaux apparemment basiques, car l’approche de conception unique de 3D World signifie que vous pouvez transgresser les lois habituelles des plates-formes 2D.

Les murs massifs normalement censés vous bloquer le passage deviennent des avenues à travers une scène et cachent probablement un ou deux secrets amusants grâce au nouveau sens de la verticalité de 3D World. Tourner un coin dans un segment apprivoisé à défilement latéral révèle une course en 3D à travers des plates-formes et des lignes d’ennemis qui tombent, et cela ne prend même pas en compte les étapes de boss supérieures de 3D World.

Les paramètres régionaux ultérieurs augmentent la complexité. Certains offrent le défi d’obtenir les trois étoiles vertes et un timbre à collectionner. D’autres encore présentent un cocktail de créativité encore plus grand. C’est une parade non-stop des conceptions de niveau les plus intelligentes que Nintendo nous ait jamais proposées.

Imaginez les plus grands moments de Mario – le segment «Jump Up» à New Donk City ou saisir la feuille de Tanooki pour la première fois – répartis sur 12 mondes, et vous aurez une idée de ce que cela fait de jouer à Mario 3D World. Il pourrait ne pas avoir quelques « wow! » des moments comme ses homologues 3D, mais c’est un hommage à tout ce qui rend Mario si emblématique et vraiment juste une joie à vivre.

Cet amour s’étend aussi aux plus petits détails.

Cat Mario, Toad et les autres ne se contentent pas de marcher à quatre pattes. Ils se pavanent comme les fiers chats qu’ils sont, accompagnés d’adorables petits pas de pitter-patter qui «plink» même sur du métal. Luigi crie «C’est l’heure de Weegi» lorsque vous le choisissez pour une étape, et il est difficile de décrire tout cela comme autre chose que délicieux.

Ce dévouement à la variété signifie que certaines idées passent à côté de l’atterrissage, même si les étapes elles-mêmes sont amusantes. Certains se sentent un peu précipités inutilement, et certains ajouts, comme le superbe Double Cherry, méritent absolument plus de temps à l’écran. Pourtant, me plaindre parce qu’un ou deux merveilleux mécaniciens se perdent dans le brassage d’un tas d’autres mécaniciens tout aussi merveilleux est quelque chose avec lequel je suis heureux de vivre.

Une grande fonctionnalité de la version Switch est le multijoueur en ligne, bien que malheureusement, je n’ai pas pu tester cela. La coopération locale est aussi amusante et chaotique que vous vous attendez, et même si elle n’ajoute pas nécessairement quelque chose d’essentiel à l’expérience de jeu, c’est un moment amusant.

3D World on Switch inclut toujours les niveaux de puzzle Captain Toad, où vous guidez l’explorateur malheureux et sans saut vers des étoiles vertes avec le mouvement et la rotation de la scène comme seuls outils pour réussir. Ce sont des détournements rafraîchissants du jeu principal et une publicité assez efficace pour le jeu dérivé de Captain Toad.

L’autre partie de Mario 3D World sur Switch est, bien sûr, Bowser’s Fury, un mode latéral d’environ 5 heures qui parvient à être le meilleur Mario 3D à ce jour. Bowser’s Fury n’a aucun lien d’histoire avec 3D World – ou quoi que ce soit, d’ailleurs – et vous pouvez le démarrer immédiatement après le démarrage du jeu si vous le souhaitez.

Mario arrive au lac Lapcat via un graffiti «M» étrangement familier pour trouver quelque chose d’étrange qui se passe. Toute la région est couverte de boue, Bowser a tourné au swol, et seule la puissance du Giga Bell peut le contenir.

Bowser Jr. est là pour le trajet cette fois. Il veut juste que son pappy revienne à la normale et se présente en tant que partenaire IA ou joueur deux, si vous essayez le multijoueur. L’IA est personnalisable, ce qui fait de Bowser Jr. soit le compagnon idéal pour les joueurs moins familiarisés avec les jeux 3D Mario, soit un tag silencieux lorsque vous voulez avancer seul.

Le lac Lapcat est divisé en plusieurs régions thématiques, chacune avec plusieurs phares que vous devez activer via Cat Shines. Chaque phare se trouve dans sa propre mini-région avec plusieurs Cat Shines et cinq fragments formant un Shine supplémentaire.

Certes, Bowser’s Fury n’offre pas le buffet infini de créativité que Mario 3D World offre. Vous reconnaîtrez de nombreux gadgets partagés entre chaque mini-région, tels que des plates-formes rebondissantes et des grilles métalliques rotatives.

Pourtant, grâce au nombre apparemment illimité de combinaisons créées par Nintendo pour la façon dont elles sont toutes utilisées, ces mini-régions ne se sentent jamais viciées ou ennuyeuses. Il y a beaucoup de défis supplémentaires jetés dans le mélange pour faire bonne mesure, y compris certains, comme le défi Bully, qui rappellent les classiques.

L’autre partie de ce qui permet à Bowser Fury de se sentir frais est la façon dont le mode latéral aborde les power-ups. Mario peut stocker plusieurs power-ups – et plus d’un de chaque pour la première fois.

Donner un but à chaque power-up au-delà d’une ou deux instances spécifiques est un petit changement avec un grand effet, donnant à Bowser’s Fury un sentiment d’immersion indispensable qui, je l’espère, trouvera également sa place dans les futurs jeux Mario.

L’ensemble du lac Lapcat ressent la même chose. Enchaîner une série de défis de plateforme ensemble devrait sembler forcé ou arbitraire, mais c’est exactement le contraire.

Il n’y a pas d’espace de remplissage vide comme certains autres jeux 3D Mario – et la plupart des autres jeux du monde ouvert – c’est donc le meilleur des deux mondes: la valeur d’un jeu entier de matériaux serrés ensemble sans sacrifier la sensation expansive d’explorer un monde ouvert.

Bowser Fury ne serait évidemment pas complet sans Bowser, bien qu’il y ait un peu moins à signaler ici. Les invasions périodiques de Bowser avec des flammes de mort et des pluies de lave font du roi Koopa une menace plus grande qu’il ne l’était depuis l’époque de la NES. Voir Super Saiyan Cat Mario ne vieillit jamais, mais les combats de Giga Bell ne sont pour la plupart que des versions de grande taille des combats traditionnels de Bowser.

Et ça va. Bowser Fury m’a donné bien plus que ce à quoi je m’attendais.

Super Mario 3D World Bowser Fury Review – The Bottom Line

Avantages

  • Certains des meilleurs gameplay en 2D et 3D Mario
  • La scénographie est un train de créativité ininterrompu
  • Bowser’s Fury est un pas en avant audacieux pour imaginer à quoi peuvent ressembler les plateformes
  • Lettre d’amour à tout Mario

Les inconvénients

  • Certaines étapes pourraient être plus longues ou plus impliquées
  • La variété signifie que quelques idées de design ne sont pas utilisées autant qu’elles le devraient
  • L’innovation non-stop ne s’étend pas tout à fait à tout Bowser Fury

Super Mario 3D World a peut-être presque huit ans, mais le temps n’a pas émoussé les griffes de ce chat. C’est toujours un plaisir de jouer, avec une gamme de designs délectables qui ne manquent jamais d’impressionner. Cela est rendu plus évident avec la vitesse légèrement plus rapide du commutateur.

Et bien que Bowser Fury soit court, il regorge de potentiel pour l’avenir de Mario, ce qui en fait le portage et le reconditionnement le plus facilement recommandé du cycle de vie du commutateur jusqu’à présent.

[Note: Nintendo of America provided the copy of Super Mario 3D World + Bowser’s Fury used for this review.]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici